Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes

12 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
Guinevere, Yohji Yamamoto, Paris, 2004 © Paolo Roversi
Jérôme, Uomo Vogue, Paris 2005 © Paolo Roversi

En ce moment même, le Palais Galliera se fait le théâtre des silhouettes sibyllines de Paolo Roversi. La rétrospective, la première qu’un musée parisien consacre au photographe de mode italien, est à découvrir jusqu’au 14 juillet 2024.

Sur des fonds noirs, des silhouettes vives à l’aura nébuleuse apparaissent. Leurs visages blêmes, évanescents, semblent se confondre avec un monde inaccessible à celui ou celle qui observe. Parfois, ils nous suivent même du regard, comme pour se targuer d’être impénétrables. À quelques pas de là, ces figures fantomatiques s’adonnent à une performance. Parées de lumières colorées, elles se meuvent dans des cadres blancs. Les petits Polaroids adjacents invitent à s’approcher, à sonder le décor pour en saisir la matière, faite de nuances et de flou, dans laquelle les modèles s’évanouissent avec délicatesse. Le trouble se prolonge par l’absence de cartels. Nul ne peut dater ces images tant leur composition échappe à l’œuvre du temps. Dès les prémices de sa carrière, Paolo Roversi a su se distinguer des autres photographes en se façonnant cette identité singulière. Tout en se faisant une renommée dans le milieu de la mode, le portraitiste est ainsi parvenu à se tenir à distance de ses courants éphémères.

Une œuvre unique en son genre

Dans un silence religieux, le public du Palais Galliera se perd à son tour dans les expérimentations de Paolo Roversi. Aux instantanés dont il a fait sa spécialité s’ajoutent des tirages augmentés de broderies, conçus dans une impression de collage ou de tableau. Outre la forme, le photographe joue tout autant avec l’essence de son sujet. Dans Nudi, par exemple, série entamée en 1983 à l’occasion d’une commande pour Vogue Homme, il interroge le corps des mannequins, support de récits qu’elles ne maîtrisent pas. Les femmes, dénuées des vêtements qu’elles promeuvent d’habitude, livrent ainsi leur propre vérité. Se dessine alors une frontière poreuse entre l’intime et la représentation de soi, plus que jamais d’actualité à l’heure des réseaux sociaux. Plus largement, l’idée selon laquelle chaque photographie est un portrait, auquel les muses participent, se distille dans chacun de ses projets. Les 140 clichés exposés jusqu’au 14 juillet prochain en témoignent et révèlent en cela comment l’artiste italien s’est emparé de la mode pour créer une œuvre unique en son genre.

Molly, Chanel, Vogue Italia, Paris, 2015 © Paolo Roversi
Audrey, Atsuro Tayama, Paris, 1998 © Paolo Roversi
Lampe, Paris, 2002 © Paolo Roversi
Tami, Dior AH 1949, Paris, 2016 © Paolo Roversi
Luca, Alexander McQueen, Paris, 2021 © Paolo Roversi
À lire aussi
Les expositions photo à découvrir ce printemps !
© Paul Wolff, « Femme en maillot de bain avec ombres de plantes », 1932, tirage d’origine, Collection Christian Brandstätter / Courtesy of Pavillon Populaire
Les expositions photo à découvrir ce printemps !
Chaque saison fait fleurir de nouvelles expositions. À cet effet, la rédaction de Fisheye a répertorié toute une déclinaison…
01 mars 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Mode et peinture : les résonances artistiques de Daniel Archer
© Daniel Archer
Mode et peinture : les résonances artistiques de Daniel Archer
Dans ses compositions graphiques, le photographe de mode Daniel Archer crée des résonances entre les supports plastiques.
08 mars 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Explorez
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
©Lydia Goldblatt
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
Lydia Goldblatt parle des mères, de la sienne qu’elle a perdue, de celle qu’elle est devenue. De ce deuil enduré alors qu’elle était déjà...
24 mai 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Contenu sensible
Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie
© Jonas Van der Haegen
Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie
Collection imposante de polaroïds intimes, l’ouvrage Sunsets de Jonas Van der Haegen propose une relecture poétique d’un langage sexuel...
23 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Melody Melamed : corps, peaux, âmes
© Melody Melamed
Melody Melamed : corps, peaux, âmes
Inspirée par une utopie où tout ne serait qu'harmonie, Melody Melamed compose Shangri-La: The Book of Skin, un ouvrage où les peaux...
23 mai 2024   •  
Écrit par Ana Corderot
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
© Albertine Hadj
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
Nos coups de cœur de la semaine, Albertine Hadj et Alessandro Truffa, emploient la photographie comme une manière de retranscrire et...
20 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
© Chantal Elisabeth Ariëns
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
Jusqu’au 20 juillet, le centre d’art Bildhalle à Amsterdam, accueille la photographe et artiste visuelle Chantal Elisabeth Ariëns, qui se...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
© Georgiana Feidi / Instagram
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
Notre sélection Instagram de la semaine brille de milles éclats naturels et fantasmés. Qu'elle fasse émerger une dimension fantastique à...
Il y a 9 heures   •  
Écrit par Milena Ill et Marie Baranger
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
27 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas