Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d’Alexis Pazoumian

12 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d'Alexis Pazoumian
© Alexis Pazoumian
Si tu devais ne choisir qu’une seule de tes images, laquelle serait-ce ?
© Alexis Pazoumian

Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur les œuvres et les sujets qui les inspirent particulièrement. Aujourd’hui, Alexis Pazoumian partage des bouts de son univers fait de grands voyages à travers le monde et de rencontres inspirantes.

Si tu devais ne choisir qu’une seule de tes images, laquelle serait-ce ?

Le char de Chouchi dans ma série Jardin Noir (auquel nous avons consacré un épisode Focus, ndlr) est l’image qui, selon moi, représente le mieux cette série sur la mémoire du Haut-Karabakh, une région arménienne récemment envahie par l’Azerbaïdjan.

La première photographie qui t’a marqué et pourquoi ?

Je n’ai pas de photographie en particulier, mais plutôt un photographe qui m’a beaucoup marqué à mes débuts : Miroslav Tichy, un vieil homme d’une extrême pauvreté qui fabriquait lui-même ses appareils photo. Bien qu’il se soit fait remarquer bien plus tard et qu’il ait été exposé partout dans le monde, sa pratique photographique était pure et n’avait pas besoin de reconnaissance.

Un shooting rêvé ?

Le tournage de mon premier long-métrage, je l’espère, au sein d’une communauté gitane du sud de la France et qui sera la suite de mon court-métrage intitulé Bellus.

La première photographie qui t’a marqué et pourquoi ?
© Alexis Pazoumian

Un shooting rêvé ?
© Alexis Pazoumian
Un ou une artiste que tu admires par-dessus tout ?
© Alexis Pazoumian

Un ou une artiste que tu admires par-dessus tout ?

Sebastião Salgado, pour sa photographie bien entendu, mais surtout pour ses engagements tout au long de sa vie et son éthique – une chose très importante aujourd’hui dans le milieu de la photographie.

Une émotion à illustrer ?

La joie.

Un genre photographique, et celui ou celle qui le porte selon toi ?

La photographie documentaire, telle que pratiquée par Patrick Zachmann. J’adore son travail, et surtout sa manière d’inscrire dans le temps des sujets sur plusieurs décennies. Cette façon de creuser, muscler les projets pour leur donner du fond en dehors de la forme. C’est vraiment un exemple pour moi.

Une émotion à illustrer ?
© Alexis Pazoumian
Un genre photographique, et celui ou celle qui le porte selon toi ?
© Alexis Pazoumian
Un territoire, imaginaire ou réel, à capturer ?
© Alexis Pazoumian

Un territoire, imaginaire ou réel, à capturer ?

Le Groenland.

Une thématique que tu aimes particulièrement aborder et voir aborder ?

Le portrait.

Un événement photographique que tu n’oublieras jamais ?

Diane Arbus aux Rencontres d’Arles de 2023.

Une œuvre d’art qui t’inspire particulièrement ?

Le film Paris, Texas de Wim Wenders allie à la perfection un scénario, une mise en scène et une lumière extraordinaires.

Une thématique que tu aimes particulièrement aborder et voir aborder ?
© Alexis Pazoumian

Un événement photographique que tu n’oublieras jamais ?
© Alexis Pazoumian

Une œuvre d’art qui t’inspire particulièrement ?
© Alexis Pazoumian
À lire aussi
Focus #62 : Alexis Pazoumian et les cicatrices du Haut-Karabagh
6:04
© Fisheye Magazine
Focus #62 : Alexis Pazoumian et les cicatrices du Haut-Karabagh
C’est l’heure du rendez-vous Focus ! Cette semaine, Alexis Pazoumian capture, au cœur du Haut-Karabagh, une région du sud de l’Arménie…
25 octobre 2023   •  
Écrit par Lou Tsatsas
« Jardin noir » : la floraison d'espoirs d'Alexis Pazoumian
« Jardin noir » : la floraison d’espoirs d’Alexis Pazoumian
Né d’un besoin de redécouverte et de compréhension à la fois symbolique et sociale de l’Arménie – pays de ses ancêtres –, Jardin noir…
18 avril 2023   •  
Écrit par Ana Corderot
"Favelado", le regard d'Alexis Pazoumian sur les favelas brésiliennes
« Favelado », le regard d’Alexis Pazoumian sur les favelas brésiliennes
Alexis Pazoumian pratique la photo depuis cinq ans. C’est au cours d’un voyage d’études à Rio de Janeiro qu’il décide de faire un…
22 juillet 2014   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Explorez
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
27 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Behind the Plants : l’usine à cancer des États-Unis
© Wayan Barre
Behind the Plants : l’usine à cancer des États-Unis
La Louisiane, une région occupée par des dizaines d’usines pétrochimiques, possède l’un des taux les plus élevés de cancer et de maladies...
22 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Warawar Wawa : River Claure recompose Le Petit Prince en Bolivie
© River Claure
Warawar Wawa : River Claure recompose Le Petit Prince en Bolivie
Ne pas sombrer dans les clichés folkloriques d’une Bolivie peuplée de lamas et de cholitas, sans renier ses racines : voilà le leitmotiv...
21 mai 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
© Lee Miller Archives, Angleterre 2024
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
À l’occasion du 80e anniversaire de la libération de Saint-Malo, la chapelle de l’École nationale supérieure de la marine...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
© Chantal Elisabeth Ariëns
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
Jusqu’au 20 juillet, le centre d’art Bildhalle à Amsterdam, accueille la photographe et artiste visuelle Chantal Elisabeth Ariëns, qui se...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
© Georgiana Feidi / Instagram
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
Notre sélection Instagram de la semaine brille de milles éclats naturels et fantasmés. Qu'elle fasse émerger une dimension fantastique à...
Il y a 8 heures   •  
Écrit par Milena Ill et Marie Baranger
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
27 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas