La sélection Instagram #451 : la vie simple

23 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
La sélection Instagram #451 : la vie simple
© Melissa Alcena / Instagram


De la photographie de paysage à la nature morte en passant par l’autoportrait, notre sélection Instagram de la semaine est une ode visuelle à la puissance méditative du quotidien, et aux connexions humaines et spirituelles qui ne se font que grâce à une attention intense portée à la banalité.

@yoshihikouedaofficial

Yoshihiko Ueda ne s’intéresse pas aux images capturées sur la base d’une notion préconçue du mot « paysage » : « Il doit y avoir une redécouverte née d’une relation personnelle entre cette personne et la nature », explique-t-il. Traversant un large spectre de genres photographiques, cet artiste japonais est en recherche constante du corps en tant qu’il ne fait qu’un avec son environnement, son essence et son énergie propre. Il observe ainsi les transformations, les changements de saisons et les pulsations de la vie avec une sensibilité rafraîchissante. 

© Yoshihiko Ueda / Instagram
© Yoshihiko Ueda / Instagram

@melalcena

Photographe originaire des Bahamas, Melissa Alcena explore le paysage et documente les habitant·es de l’archipel en portant sur elleux un regard d’une grande douceur. À défaut d’avoir développé, en grandissant, un lien fort avec sa culture, son appareil photographique lui offre l’occasion de se réintroduire dans ce territoire et d’en apprendre l’histoire et la dynamique – lui qui n’a obtenu son indépendance que dans les années 1970. 

© Melissa Alcena / Instagram
© Melissa Alcena / Instagram

@rayvazzquez

On dit parfois que plus une scène est réduite à ses éléments les plus pertinents, plus elle est susceptible de créer des images captivantes. Le photographe mexicain Ray Vázquez suit cet adage avec une dévotion salvatrice. « Quêteur de lumière explorant le minimalisme », il peint avec l’éclairage et un important travail de symétrie, et évoque ainsi la mémoire, les sensations et l’idée de transcendance.

© Ray Vázquez / Instagram
© Ray Vázquez / Instagram

@connorlangford

Photographe et réalisateur australien, Connor Langford cultive un style sobre et lumineux, en prenant le plus souvent pour cadre la campagne et les villages arpentés au cours de ses nombreux voyages. Ses clichés gravent dans le marbre ses rencontres, du Mozambique au Bangladesh, du Vietnam au Maroc, et racontent la jeunesse d’aujourd’hui, aux quatre coins du monde.

© Connor Langford / Instagram
© Connor Langford / Instagram

@madoka_o.m

Madoka Ukuda met en images un long voyage de découverte de soi-même, une traversée de nos forces et de nos fragilités. Véritables poèmes visuels et sensuels, ses œuvres disent la difficulté de vivre, l’amour, le désir et le chagrin d’amour, avec une sincérité poignante. 

© Madoka Okuda / Instagram
© Madoka Okuda / Instagram
À lire aussi
La sélection Instagram #449 : émerger de la torpeur
© Federica Belli / Instagram
La sélection Instagram #449 : émerger de la torpeur
Les images de notre sélection Instagram de la semaine évoquent, par la lumière, le style pictural ou la présence des sujets, un grand…
09 avril 2024   •  
La sélection Instagram #448 : à nos divertissements
© Maksim Petrov / Instagram
La sélection Instagram #448 : à nos divertissements
Notre sélection Instagram de la semaine est une ode à la joie simple de pouvoir fêter la nuit, jouir du soleil, de la fantaisie des…
02 avril 2024   •  
Explorez
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
© Bénédicte Kurzen
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
Le journaliste Anas Aremeyaw Anas et les photojournalistes Muntaka Chasant et Bénédicte Kurzen remportent le Prix Carmignac 2024 avec...
15 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Dans l'œil de Jérémy Appert : la mer de toutes les mémoires
© Jérémy Appert / Courtesy of Circulation(s)
Dans l’œil de Jérémy Appert : la mer de toutes les mémoires
Jérémy Appert, dont le travail est exposé au festival Circulation(s) jusqu’au 2 juin prochain, a côtoyé pendant plusieurs années celles...
13 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Itinérances Foto 2024 : état des lieux de la photo contemporaine
© Alice Pallot
Itinérances Foto 2024 : état des lieux de la photo contemporaine
Itinérances Foto Sète revient pour sa 2e édition, en réunissant des photographes de tout horizon pour raconter le monde contemporain....
09 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
© Chantal Elisabeth Ariëns
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
Jusqu’au 20 juillet, le centre d’art Bildhalle à Amsterdam, accueille la photographe et artiste visuelle Chantal Elisabeth Ariëns, qui se...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
© Georgiana Feidi / Instagram
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
Notre sélection Instagram de la semaine brille de milles éclats naturels et fantasmés. Qu'elle fasse émerger une dimension fantastique à...
Il y a 8 heures   •  
Écrit par Milena Ill et Marie Baranger
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
27 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas